N’ayez pas peur…

  p1310123.jpg

N’ayez pas peur, le changement est à notre portée. Ayez foi parce que la justice sociale et la réduction de la pauvreté sont possibles. Je suis habité par la conviction que le Congo va changer  et pour opérer cette mutation, il nous faut revenir à l’essentiel, c’est-à-dire faire du culte du travail et du résultat un préalable, surtout et avant tout pratiquer une gestion plus responsable des déniers publics. Par conséquent, pour assumer cette charge, il faut exiger de nos gouverants un droit d’inventaire lucide sans pour autant tomber dans la caricature ou dans une sempiternelle chasse aux sorcières. Le P.R.L devient l’une des principales forces politiques du pays et il va falloir compter avec notre diagnostic et notre savoir faire. Le P.R.L se positionne comme étant la sentinelle intransigeante de nos valeurs républicaines parce qu’on ne fait de la politique sans une certaine déontologie. C’est ainsi que, lors de ces dernières élections, notre parti a suscité auprès de la population un espoir de renouveau et de changement rarement égalé dans le paysage politique congolais; et dans la conscience collective le P.R.L est perçu comme le seul parti alternatif et crédible au pouvoir en place et au système bancal. En somme, il nous faut désormais maintenir et entretenir ce lien politique privilégié que nous a accordé la souveraineté nationale, car porter cette espérance est une grande responsabilité qui nécessite un engagement  clair et assumé de notre part; ne plus être un ovni c’est-à-dire un objet non identifié dans l’échiquier politique de notre Etat. Il faut que soyions clairement identifiés dans ce jeu de force politique. Il y’a eu un travail de longue haleine qui a été fait, c’est pourquoi, j’aimerais dire mon admiration et mon respect d’abord aux membres du Parti  Républicain Libéral , ensuite à nos militants et sympathisants pour la dignité et la constance avec lesquelles ils ont mené toutes ces batailles politiques avec moi. En effet, depuis plus de 18 mois que le parti s’est lancé dans cette conquête, vous avez…

(cliquez pour lire la suite)

conforté un peu plus l’idée que je me faisais de votre engagement et de votre determination politique. C’est pourquoi, je veux vous dire ici combien je suis fier de vous, fier du chemin parcouru ensemble, fier de votre fidélité politique, de votre attachement aux valeurs républicaines  et démocratiques et, cela malgré les épreuves et les intempéries que nous avons essuyées. Effectivement, pendant le conseil municipal qui s’est tenu à Brazzaville le 30 juillet 2008, nous avons géré cette grande mascarade politique avec talent et dignité et nous n’avons pas à rougir des résultats finaux car nous nous sommes battus de manière loyale et distinguée pour préserver notre honorabilité et respecter la tradition républicaine que nous défendons corps et âme. La politique n’est pas une farce et nous essayons de la faire de manière sérieuse et sereine car c’est un devoir, une mission, mais pas un métier. On ne s’improvise pas homme d’Etat autour des singularités cupides. Il faut non seulement de la grandeur, de la constance mais surtout de la décence politique pour se dire représentant des intérêts légitimes de l’Etat et de sa population. Je ne pense pas que tous ceux qui se disent politique mérite la considération de nos concitoyens et j’en veux pour preuve le moment où j’ai rendu publique le traquenard politicien qui se trâmait dans les officines de la mairie de Brazzaville, mes adversaires se complaisaient sans scrupules dans tout ce qu’il y a de plus abject en politique. Et donc, l’attitude politique et logique aurait été que mon équipe et moi quittions la salle pour faire peser sur ce conseil un fort soupçon de discrédit. Cette posture symbolique, donc politique, nous aurait permis de manifester publiquement notre mépris devant cette mascarade. Mais étant respectueux des institutions, j’ai refusé de tomber dans le pugilat politique et toute la facilité qu’elle engendre; c’est la raison pour laquelle je suis resté jusqu’au bout du scrutin et cela contre l’avis unanime de mes compagnons. En prenant cette décision je souhaitais que mon parti et moi quittions ce conseil la tête haute et sans un seul regard en biais afin que chacun prenne acte de l’attitude politique qu’il convient d’avoir lors d’un scrutin aussi tronqué qu’il soit. La vie politique est un sacerdoce, on y arrive parfois par hasard, mais on y reste essentiellement par talent, il n’y a pas d’improvisation dans la conduite politique d’un homme public. C’est la raison pour laquelle je m’étais interdit d’apporter après coup un jugement hâtif  de peur d’être absorbé uniquement par la passion;  et comme par définition la passion est mauvaise conseillère, mon jugement aurait été nécessairement faussé et perturbé par toute cette agitation politicienne qui a suivi. Donc il était plus convenable de laisser passer le triomphalisme immodeste des uns et la colère justifiée des autres pour donner une analyse raisonnée de ces élections. Rien de ce qui est grand n’est facile, en politique il ne faut pas avoir des regrets, que des projets. Nous devons pleinement assumer notre destin, et pour cela il nous faut donner du temps sans en perdre, car au fond, c’est quoi la politique ? si ce n’est de maintenir les grands équilibres sans hypothéquer l’avenir, si ce n’est de défendre les intérêts de la nation sans se défausser. Un grand parti comme le P.R.L ne peut plus s’abstenir d’aller à une élection majeure, il en va de sa crédibilité et de son positionnement dans le paysage politique. Le Parti Républicain et Libéral arrive à un tournant essentiel de son existence et il lui faut faire des choix stratégiques et politiques. Mais ces choix ne doivent être animés que dans un souci d’intérêt général et dans le maintien sans condition de la paix; c’est pourquoi nous irons à notre congrès national pour redéfinir nos alliances et nos orientations politiques pour les années à venir batir ensemble notre pays.

Vive le Parti Républicain et Libéral, et

Vive le Congo uni et indivisible

0 Réponses à “N’ayez pas peur…”


Les commentaires sont fermés pour l'instant.



Good Morning Africa ! |
Amours mauvaises |
Gueyo, dynamique de dévelop... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Camp Laïque
| Duque / Duc / Duke --- Dom ...
| ennaji